Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : D.A.L - Bordeaux
  • D.A.L - Bordeaux
  • : Droit Au Logement pour toutes et tous !
  • Contact

Contacter le D.A.L33 ?

Le D.A.L33 se réunit tous les lundis
19h30
Place St Michel
Ou 8 rue de La Course
à Bordeaux

dal33gironde@gmail.com
06 95 43 53 23

Et sur facebook :
klik !

Recherche

Actu du D.A.L33

REQUISITION GO !
Chassez les immeubles vides et
capturez-les au mail suivant :

requisition33@gmail.com

Infos : klik !

/ / /


http://media.paperblog.fr/i/279/2799422/francais-favorables-requisition-logements-vac-L-1.jpeg
Année 2008, 18 000 demandes ont été recensées afin de bénéficier d’un logement social et moins de 2 000 dossiers ont donné lieu à un relogement.

Le logement social se veut être une réponse au problème du logement des personnes en difficulté financière, mais faisons le constat aujourd’hui, que cette réponse n’est pas suffisante, et ce depuis de nombreuses années.

Il est urgent aujourd’hui de redéfinir les priorités en terme de logement, au delà même des 20% de logements sociaux qui devraient être mis en place selon la loi SRU.

Le problème actuel est d’autant plus important puisque l’accessibilité à un logement social ne concerne qu’une certaine « catégorie sociale ». En effet, elle ne prend pas en compte les précarités extrêmes qui ne peuvent bénéficier de relogement. Pas de contrat de travail, pas de fiche de salaire, pas de logement sociaux.

La politique de logement social aujourd’hui est non seulement insuffisante, mais de plus elle ne répond pas à l’actualité sociale et économique en France. Trop peu de logements sociaux sont construits par rapport à la réalité de la précarité.

Parmi les 18 000 demandes, des milliers de cas devraient être jugés prioritaires, et pourtant, seuls 1 800 sont traités.

Que deviennent les 17 200 autres dossiers qui, dans une situation de crise, verront leur situation s’aggraver ? Et quels sont les critères d’attribution ? Quelle situation, quel handicap, quelle critère de précarité permet de passer en priorité au dessus de la pille des 18 000 dossiers ?

Au-delà même des critères d’attribution des logements sociaux et des quotas, une réflexion sur la politique urbaine est à réaliser par les institutions et la mairie de bordeaux.

Tout d’abord, l’entretien des « parcs immobiliers sociaux ». Il est déplorable de constater la dégradation des ensembles et d’arriver à la conclusion de « raser » les tours, les barres, les plots. Croire que faire table rase sur les solutions trouvées après la guerre pour répondre à l’urgence du relogement est une erreur.

Nous devons bien sur prendre en compte que ces ensembles créés répondaiten à une urgence, qu’ils devaient être une solution temporaire et que les « critères de vie et de confort » sont bien  sur très différents en 2009. A cela se rajoute bien évidemment les normes et les lois sont très différentes aujourd’hui et beaucoup plus contraignantes.

Mais systématiser la destruction des ensembles est une erreur.
Une réflexion sur la réhabilitation de ces ensembles doit être engagée car, contrairement à ce que l’on croit, l’architecture des grands ensembles n’est pas La raison aux problèmes d’insécurité rencontrés sur ces sites. Elle y participe, mais la véritable raison est l’exclusion.

Ce sentiment est développé par les habitants parce que ces « parcs immobiliers » sont délaissés par la ville et les promoteurs. 


Avant toute destruction, il faudrait engager une réflexion sur la politique sociale urbaine afin de répondre non seulement aux exigences urbaine d’une ville en plein expansion, mais répondre aussi aux urgences sociales indispensables à la diversité d’une ville telle que Bordeaux.

 

 

Retour à la page d'accueil

 



Partager cette page

Repost 0
Publié par