Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : D.A.L - Bordeaux
  • D.A.L - Bordeaux
  • : Droit Au Logement pour toutes et tous !
  • Contact

Contacter le D.A.L33 ?

Le D.A.L33 se réunit tous les lundis
19h30
Place St Michel
Ou 8 rue de La Course
à Bordeaux

dal33gironde@gmail.com
06 95 43 53 23

Et sur facebook :
klik !

Recherche

Actu du D.A.L33

REQUISITION GO !
Chassez les immeubles vides et
capturez-les au mail suivant :

requisition33@gmail.com

Infos : klik !

23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 13:42
[Bordeaux - 27 Oct.] Réunion du Comité de soutien au D.A.L33

Transmis par Le D.A.L33

Le 14 mai 2014, cinq membres de l'association Droit Au Logement de Bordeaux (D.A.L33) ont été condamné-e-s à 3 mois de prison avec un sursis qui court sur 5 ans, 90 euros de frais de procédure et 8 000 euros de dommages et intérêts pour « S'être à Bordeaux, entre le 6 mars 2013 et le 12 juillet 2013, en tout cas depuis un temps non couvert par la prescription et sur le territoire national, introduits ou maintenus dans le domicile de Odette L. à l'aide de manœuvres, menace, voies de fait ou de contrainte, en l'espèce en fracturant la porte d'accès, en effectuant le changement de serrures de l'appartement, en y pénétrant pour y installer plusieurs familles étrangères, en imposant la présence des ces dernières dans le domiciles, sans le consentement du propriétaire. »

Ils/elles ont fait appel. Le procès aura lieu le jeudi 20 novembre à 14h à Bordeaux

Un rassemblement aura lieu le même jour à 13h, place de La République.

C'est pour préparer ce rassemblement que le comité de soutien se réunit le 27 octobre à 20h - Salle de la Cheminée du Cinéma Utopia

Infos :
http://dal33.over-blog.com/tag/proces%20d.a.l33/

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Agenda d'Ici Procès D.A.L33 Communiqué
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:53
Bordeaux - Le procès en appel du D.A.L33 est fixé

Bordeaux, le 14 octobre 2014

La date du procès en appel des 5 membres du Droit Au Logement 33 est fixée.

Ce sera le jeudi 20 novembre à 14h au Tribunal Correctionnel de Bordeaux.

Nous vous donnons rendez-vous, place de La République, dès 13h pour un grand rassemblement de soutien.

Pour rappel, les 5 prévenu-e-s ont été condamnés à 3 mois de prison avec un sursis courant sur 5 ans, 90€ de frais de procédure et 8 000 euros de dommages et intérêts.

Venez nombreux/nombreuses pour dire que la solidarité n'est pas un délit !

Infos :
http://dal33.over-blog.com/tag/proces%20d.a.l33/

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33 Agenda d'Ici
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:52
L'artiste Graphijane (bandeau dans les cheveux) et une visiteuse à côté de son pochoir de soutien

L'artiste Graphijane (bandeau dans les cheveux) et une visiteuse à côté de son pochoir de soutien

Yep !

De Carpentras ou de passage, vous avez jusqu'au 24 octobre pour visiter the first expo de Graphijane !

Avec de vrais pochoirs supers beaux, de vraies photos supers belles, de vraies customisations qui déchirent.

En prime, une super tombola qui vous fera peut-être gagner un des 3 magnifiques pochoirs réalisés avec la tronche de m. en soutien au D.A.L33

Bref que des bonnes raisons d'y aller ! Alors... Courez-y vite et faite passer... !

Et nous, nous lui disons merci, mille fois merci pour cette tombola, pour toutes ces attentions, tout cet Amour !

Merci, mille fois merci !

L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre - O.P.A

****
Une tombola avec 3 oeuvres de Graphijane à gagner ?

Mon histoire avec m.

J'ai rencontré m. dans un hangar marseillais il y a une dizaine d'années.
Il était question d'échanges avec des citoyen.n.e.s., pour trouver des alternatives à un système qui exclu bon nombre d'entre-nous dans bien des domaines.

A la sortie de ces échanges horizontaux avec des dizaines d'inconnu.e.s motivé.e.s à l'idée de partager leurs idées et capacités dans divers domaines, m. et moi avons parlé peut-être 10 minutes.

Nous sommes restées en contact depuis. Animées par l'amour de la vie, de l'humain, du partage, de l'expression... de l'art notamment grâce à sa musique.

Et alors ?

Aujourd'hui, mon amie et poète m., est « coupable d'avoir participé à la rédaction d'un communiqué, m. écope - comme les autres - de 3 mois de prison avec un sursis courant sur 5 ans, 90€ de frais de procédure et 8 000 euros de dommages et intérêts. ».

C'est à ce titre que je propose une tombola à caractère solidaire pour aider le Droit Au Logement de Bordeaux (D.A.L33) à couvrir ces frais et montrer que nous les entendons au-delà de Bordeaux... jusqu'à Carpentras.

m. est de tous les combats. C'est une évidence pour moi de la soutenir dans ce moment particulier où le « réseautage » peut l'aider, ainsi que ses ami.e.s.

Que faire ?

En plus de te renseigner sur le site dont le lien se trouve plus bas et d'en parler autour de toi, tu peux participer à une tombola où trois oeuvres sont à gagner, mettant en scène m. et réalisées pour l'occasion. Tu peux même convier des ami.e.s à participer à la tombola !

Pourquoi faire une tombola ?

Pour soutenir les gens qui se soucient du bien-être des autres. Pour connecter les histoires, sensibiliser les gens qui viendront visiter l'exposition ou partager un repas au Point de Lumière. Bien sûr, pour que tu puisses repartir potentiellement avec une oeuvre unique, réalisée avec amour et rage ! Amour pour la vie et la rage animée par cette injustice et d'autres.

Le procès en appel approche et plus que jamais, des hommes, des femmes, des familles, ont besoin de notre soutien, notre solidarité... notre capacité à refuser l'injustice dans l'unité, par un geste simple et symbolique.

« La date du procès en appel des 5 membres du Droit Au Logement 33 est fixée. Ce sera le jeudi 20 novembre à 14h au Tribunal Correctionnel de Bordeaux. Nous vous donnons rendez-vous, place de La République, dès 13h pour un grand rassemblement de soutien. »

Au-delà de cette mobilisation, je suis ravie que 3 personnes puissent acquérir une oeuvre à moindre frais.

LA TOTALITE DE LA SOMME RECOLTEE GRÂCE A CETTE TOMBOLA SERA REVERSEE A m. & LE D.A.L33

Participer ?

- Rapproche toi de Graphijane ou un responsable du Point de Lumière.
- Inscrit ton prénom, ton nom si tu veux, un numéro de téléphone et mail si tu le souhaites.

Par ton engagement symbolique à hauteur de 2€ minimum, tu assumes soutenir les condamnées du D.A.L33 (Collectif du Droit Au Logement de Bordeaux) et participes activement à véhiculer l'information et contribuer financièrement aux frais relatifs à cet injuste procès concernant m. et les autres militants.

Durée de la tombola ?

La tombola est possible aux heures d'ouverture du café citoyen Le Point de Lumière, à partir du 4 octobre et jusqu'au 24 octobre, date de fin de l'exposition.

Comment savoir si j'ai gagné ?

A la fin de l'exposition, Graphijane et Adèle Cote du Point de Lumière ainsi que les motivé.e.s, réaliseront un tirage au sort avec les bulletins des participant.e.s.

Si vous comptez parmi les 3 gagnant.e.s, Graphijane vous contactera pour vous proposer une remise en main propre. L'occasion de signer chaque oeuvre de manière plus personnelle, autour d'un café au Point de Lumière.

La somme récoltée et le prénom des gagnant.e.s. seront affichés au Point de Lumière, dans la continuité de l'exposition.

Tu veux des informations complémentaires ?

Pas de problème !
Blog de soutien à m.
http://soutien-m.over-blog.com /// graphijane@yahoo.fr

***
Une interview de m. par Graphijane :
http://soutien-m.over-blog.com/2014/07/l-amour-au-milieu.html

***
Graphijane :
http://graphijane.tumblr.com/
http://attrapemonmic.tumblr.com

***
Droit Au Logement - Bordeaux
http://dal33.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:14

Bordeaux - Mercredi 14 mai 2014
Tribunal de Grande Instance

Prises de parole après l'énoncé du délibéré dans l'affaire opposant le Droit Au Logement à Mme Lagrenaudie.

Les 5 prévenu-e-s ont été condamné-e-s à trois mois de prison avec sursis, cinq ans de mise à l'épreuve, 90€ de frais de procédure.

Ils/elles doivent aussi payer solidairement 8000 euros à la partie civile.

!!! La solidarité est notre arme !!!

Droit Au Logement - Gironde
8 rue de La Course
33000 Bordeaux

06 95 43 53 23
dal33gironde@gmail.com

http://dal33.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:12
Trois mois de prison avec sursis pour cinq militants du DAL

Le 14 mai 2014

Cinq militants de l'association Droit au logement (DAL) ont été condamnés mercredi à Bordeaux à trois mois de prison avec sursis pour avoir pénétré en 2013 dans le logement apparemment inoccupé d'une octogénaire pour y installer des familles sans abri.

Les cinq militants de l'antenne girondine du DAL, deux hommes et trois femmes, âgés de 20 à 55 ans, étaient poursuivis à titre individuel pour " violation de domicile ".

Ils étaient accusés d'avoir pénétré par effraction dans un logement du centre-ville de Bordeaux, alors inoccupé par sa propriétaire, une retraitée de 85 ans en convalescence chez son fils en Normandie depuis 2011.

Cinq familles d'Arménie, Bulgarie et Géorgie avaient occupé l'immeuble de deux étages du 30 juin au 15 juillet 2013, date de leur expulsion. Aucune de ces familles n'était poursuivie.

Outre la peine de trois mois de prison avec sursis, les cinq militants ont été condamnés à verser solidairement 7.000 euros de dommages et intérêts à l'octogénaire.

A l'audience, le 9 avril, le procureur avait requis des peines de deux à six mois de prison avec sursis. Il avait indiqué ne pas vouloir " faire le procès du DAL dont on peut considérer qu'il a des projets généreux ", mais souligné " l'erreur d'appréciation " des cinq militants, rappelant le statut de la plaignante, une ancienne tripière de marché bénéficiant d'une retraite de 900 euros par mois et pour laquelle l'immeuble occupé constituait le seul patrimoine immobilier.

Les avocats des prévenus avaient pour leur part tous plaidé la relaxe, évoquant la faiblesse des preuves permettant d'affirmer que leurs clients étaient effectivement à l'origine de l'occupation et soulignant que la vacance du bien, où eau, électricité et téléphone avaient été coupés, était " confirmée ".

A l'issue du prononcé du jugement, certains des cinq militants ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire appel.

" Il y a une grande inquiétude pour nos actions militantes à venir ", a réagi m., une des cinq condamnés. " Essayons d'être plus nombreux à rejoindre les associations qui oeuvrent à aider les autres pour montrer qu'en France la solidarité n'est pas un crime ", a-t-elle ajouté devant une vingtaine de militants associatifs venus les soutenir.

Source :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/2014/05/14/trois-mois-de-prison-avec-sursis-pour-cinq-militants-du-dal-477087.html

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:04
5 militants bordelais de Droit au logement condamnés

Le 14 mai 2014

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné ce mercredi cinq militants de Droit au logement à trois mois de prison avec sursis, et l’ensemble du collectif à 7000 euros de dommages et intérêt (plus 1000 euros de frais de justice), pour violation et occupation illicite de domicile.

La branche bordelaise de l’association était accusée d’avoir introduit et logé des familles  sans domicile fixe, dans le logement d’une dame qui n’y habitait plus depuis deux ans.

« Nous sommes un peu sonnés que 5 personnes soient condamnées alors que le dossier est vide », a déclaré une des militantes, m., devant quelques sympathisants réunis à la sortie du tribunal.

Elle a précisé que le DAL ferait « sans doute appel » de ce jugement.

« Il y a toujours des gens qui vivent dehors, et les pouvoirs publics ne sont eux jamais condamnés, a-t-elle poursuivi. La solidarité n’est pas un crime, nous ne lâcherons pas l’affaire. »

D’autres militants du DAL et de Solidaire ont dénoncé une « justice aux ordres de l’Etat » et un pouvoir en pleine dérive droitière, évoquant notamment la condamnation à un an de prison ferme à Nantes d’un manifestant anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Source :
http://rue89bordeaux.com/2014/05/5-militants-bordelais-droit-au-logement-condamnes/

***
Note

Yep !

Quelques précisions. Le D.A.L n’est pas un collectif mais une association, déclarée en Préfecture et rattachée à une association national comptant une trentaine de comités locaux.
Ce n’est pas le D.A.L mais des individus appartenant à cette association qui ont été condamnés. Ce sont donc eux qui doivent s’acquitter du règlement des dommages et intérêts. Ce sont eux aussi qui sont à même de faire appel.

Voili.

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:35

Mercredi 14 mai 2014
Rassemblement de soutien aux 5 prévenu-e-s du D.A.L33

13h30 - Tribunal de Grande Instance
Parvis des Droits de l'Homme - Bordeaux

Bonjour,

Le mercredi 14 mai, la juge rendra le verdict dans l'affaire dite "Planterose".

Rappelons qu'au bout d'un procès fleuve de 4h30, le procureur a requis contre les prévenu-e-s des peines de prison avec sursis : 4 à 6 mois pour François et Myriam, 2 à 4 mois pour Antoine et Lydie, 2 mois pour Manon.

L'usufruitière a demandé quant à elle 10 000 euros de dommages et intérêts.

Tous les avoact-e-s ont plaidé pour la relaxe des prévenu-e-s.

Nous remercions toutes les personnes qui se sont déplacées mercredi 9 avril, toutes celles qui ont envoyé des messages de soutien.

Il faut continuer à nous mobiliser pour le délibéré.

Soyons nombreux/nombreuses devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux ce mercredi 14 mai à 13h30 !!!!

!!! LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !!!

Merci de faire suivre ce message dans vos réseaux.

Le comité de soutien
soutiendal33@gmail.com
https://www.facebook.com/pages/Comité-de-soutien-DAL-33/308963959255023

Si vous souhaitez soutenir financièrement (pour les frais d' Avocats) :
Chèques à l'ordre de "Fédération DAL"
Ecrire au dos du chèque "solidarité 33" et adresser à Fédération Droit Au logement - 29 Avenue Ledru-Rollin 75012 Paris

Complément d'info :
Contact DAL 33 : 06 95 43 53 23
dal33gironde@gmail.com
http://dal33.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:30
Un procès pour que dalle

Témoignage de notre ami André Rosevègue, militant de l'Union Juive Française pour la Paix. Une réaction à chaud le lendemain du procès des 5 prévenu-e-s du Droit Au Logement de Gironde (D.A.L33).

***
Le procès des militants du DAL à Bordeaux : un procès pour que dalle !

C'est à un étrange procès auquel j'ai assisté cet après-midi du 9 avril 2014 à Bordeaux pendant 4heures 30.

Je vous livre mes impressions sans pouvoir les confronter aux comptes rendus de presse qui ne manqueront bien évidemment pas d'être plus précis et moins subjectifs, et m'excuse par avance si mes oreilles m'ont trahi (comme parfois celles du Procureur pendant l'audience) et que je n'ai pas tout compris.

Cinq militants ou sympathisants du DAL étaient poursuivis pour avoir au moins du 6 mars au 12 juillet 2013, pénétré par effraction au domicile d'une octogénaire malencontreusement en convalescence près de son fils dans la Manche. Et d'y avoir installé des Arméniens, puis des Bulgares à moins que ce ne soit des Géorgiens, qui réguliers, qui irréguliers.

C'est le 2 ou le 3 juillet que des voisins choqués prévenaient la pauvre dame de cette intrusion, qui alerte alors ses enfants demeurés girondins.

Mais c'est le 15 juillet que les policiers procèdent aux expulsions, et le 18 juillet qu'une opération de police à grand spectacle - perquisitions des logements et du local (local commun à plusieurs organisations dont les syndicats Sud Solidaires qui ne pourront pas assister à la dite perquisition !), gardes à vue, saisie du matériel informatique et objets divers - sera menée.

Et il y aura en septembre rebelote de gardes à vue, après que les services auront fait parler les portables, déchiffré les SMS, obtenu la géolocalisation des appels, etc.. Bref, un déploiement de moyens digne de la prise d'un réseau international de prostitution ou de la recherche du voleur du scooter d'un fils de Président de la République.

Pendant plus de trois heures, la Présidente, le Procureur, la partie civile (le conseil de la dame présentée comme la propriétaire lésée) vont soumettre à la question les cinq militants, tantôt paternalistes, tantôt vindicatifs. « Nous ne faisons pas ici le procès du D.A.L, dont les buts sont louables » (la formule dix fois répétée parfois sous la forme « les buts peuvent apparaître louables »), mais...
Mais reconnaissez que vous vous êtes plantés, que c'est un ratage, que vous n'auriez jamais dû installer qui que ce soit dans cette maison particulière qui n'était pas abandonnée et qui n'appartenait pas à un gros capitaliste comme ceux que vous prétendez viser pour vos « réquisitions ».

Et puis d'abord, qui c'est le chef chez vous, qui c'est qui décide, qui c'est qui écrit, qui c'est qui...

C'est trop facile de dire collégialité. Vous fuyez vos responsabilités. Ah ça ce n'est pas courageux.

Personne n'a rien fait, c'est l'autre dont on ne donne pas le nom, mais vous ne vous en tirerez pas comme ça : des témoins vous ont vu, il y avait chez A un traité de crochetage de serrure de 40 pages, madame Michu a reconnu B dans la rue, C a été vue sur place, D avait chez lui le cahier avec les noms, E a envoyé un SMS pour dire qu'elle avait les clés, et, dans un casier à clapets de votre local, on a trouvé, écoutez bien, une serrure et une poignée de porte.

Plus extraordinaire encore, les fils de la dame ont retrouvé plus tard une enveloppe timbrée adressée au DAL le 6 mars à l'adresse incriminée, qui justifie de dater l'implication du DAL à partir de cette date, sans que l'on puisse de quelque façon que ce soit comprendre à quel dessein le DAL aurait pu souhaiter se faire adresser du courrier à cette adresse.

Ce n'est pas la pièce secrète du procès Dreyfus, mais ça fait flotter un climat franchement bizarre.

Partie civile : je demande 10 000 euros.

Ministère public : ils ne peuvent pas payer sauf un peut-être, ils vivent déjà de la générosité publique par allocation ou RSA (notez l'élégance du procédé), alors, puisque vierges de casier, je demande de la prison avec sursis, 2 à 6 mois suivant les cas.

Les prévenus n'avaient pas flanché. Ils ont même réussi malgré l'agressivité de leurs interlocuteurs et l'interdiction de « faire de la politique » (!) à glisser quelques remarques de bon sens : il y a le droit au logement dans la loi (il y a même le droit au logement opposable), mais il y a des SDF, de sans-abri, des très mal-logés,et ça nous pèse, ça nous insupporte, ça nous scandalise. Et aujourd'hui, ce qui nous donne envie de hurler, c'est de voir que ce qui mobilise police et justice, ce n'est pas d'aider à trouver des solutions pour loger ceux qui ne le sont pas, c'est de s'acharner sur une poignée de militants qui s'y consacrent. Alors désolé pour la dame, mais essayons d'avoir le sens des priorités.

Ce qu'ils ont réussi à faire entendre par bribes, et qui sera repris (je dois dire de façon magistrale) par les avocats des prévenus dans la quatrième heure, c'est que tout l'échafaudage de l'instruction est bâti sur du vent.

D'abord, le dossier de la dame est tout sauf limpide. Le journal Sud-Ouest et l'adjoint de Juppé ont voulu faire pleurer dans les chaumières sur son sort, provoquant même sur "les réseaux sociaux" (qui peuvent être très anti-sociaux) des appels explicites à la violence contre les occupants du logement et ceux qui les soutiennent. Mais peut-on parler du domicile de quelqu'un quand la personne qui est l'usufruitière de son défunt mari habite dans la Manche un logement qu'elle loue, et a résilié pour son domicile bordelais les abonnements au téléphone, à l'eau et à l'électricité, où il n'y a plus un seul effet personnel ni une seule photo ?

La maison est-elle même assurée, et si oui comment expliquer que ce n'est pas l'assurance qui présente la note des travaux à effectuer ?

Et quand dans un premier temps, le fils de la dite usufruitière le 3 juillet reconnait qu'il est difficile d'expulser les habitants et leur accorde un délai de plusieurs semaines, comment justice et police peuvent-elles parler d'intervention en flagrance le 15 juillet, pour justifier une procédure totalement cavalière ?

Bon, j'espère que je suis clair, et que je ne vous ennuie pas trop.

Le plus énorme n'est pas là. Ce que la défense a bien montré, c'est que la justice a péniblement réuni quelques faisceaux de présomption que le DAL Gironde s'était intéressé à cette affaire, qu'il était arrivé à certains de ses membres d'être présents, qu'ils avaient préparé un communiqué et une vidéo montrant qu'ils assumaient la défense de ces personnes habitant la maison...

Mais si, comme cela a été répété à l'envi, ce n'est pas le procès du DAL qui est instruit, c'est la culpabilité individuelle des prévenus en rapport avec l'acte d'accusation qui doit être démontrée. Et là on ne trouve rien. Ni fait matériel, ni témoignage précis, ni aveu circonstancié : aucun des cinq n'a été convaincu d'avoir pénétré par effraction, ni même d'avoir introduit personnellement qui que ce soit dans les lieux.

Alors que peut-on en conclure ?

Commençons par positiver, que diable. La France n'est pas aujourd'hui un Etat fasciste. Le dossier monté en neige contre les militants du DAL n'a pas pour conclusion la dissolution du DAL par le Ministère de l'Intérieur ou le gouvernement. Les 150 ou 200 militantes et militants venus très pacifiquement apporter leur soutien sur le parvis des droits de l'homme au pied du Tribunal de Grande Instance n'ont même pas été dispersés à coups de crosse ou de flash ball par les forces du désordre établi.

Mais nous devons être vigilants. Police et Ministère Public ont poursuivi un objectif finalement très limpide : à défaut de pouvoir obliger le DAL à mettre la clé sous la porte (si j'ose dire), intimider les militants, si possible faire peser au dessus de leur tête la menace d'une résiliation d'un sursis pour les convaincre de réduire leur activité, décourager ceux qui en approuvent les objectifs de les rejoindre dans l'action. Et c'est pour cela qu'il faudra être attentif au jugement qui devrait être rendu le 14 mai. Toute condamnation même légère entrerait dans la catégorie criminalisation de la résistance sociale.

Puisque je ne suis plus dans l'enceinte du tribunal, je me hasarde à un commentaire politique. Il y a déjà des millions de gens qui perçoivent le pouvoir actuel comme illégitime, qui protège le fort et écrase le faible, qui laisse "le renard libre dans le poulailler libre". C'est un sentiment fort qui ne peut être que conforté par des procès tels que celui d'aujourd'hui à Bordeaux. Malheureusement, cela ne débouche pas automatiquement sur une mobilisation citoyenne démocratique et sociale.

Nous n'avons pas d'autre choix que d'essayer.

André Rosevègue

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Procès D.A.L33