Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : D.A.L - Bordeaux
  • D.A.L - Bordeaux
  • : Droit Au Logement pour toutes et tous !
  • Contact

Contacter le D.A.L33 ?

Le D.A.L33 se réunit tous les lundis
19h30
Place St Michel
Ou 8 rue de La Course
à Bordeaux

dal33gironde@gmail.com
06 95 43 53 23

Et sur facebook :
klik !

Recherche

Actu du D.A.L33

REQUISITION GO !
Chassez les immeubles vides et
capturez-les au mail suivant :

requisition33@gmail.com

Infos : klik !

25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 17:26

Le 21 mars 2017

 

Didier, un SDF plus connu sous le nom de "Chaussette", a décidé de faire un Tour de France à vélo pour dénoncer le mal-logement

 

Il est parti ce midi pour pédaler dans les communes de France. Direction sa première ville-étape : Bayonne, avant de reprendre la route vers Paris. Son arrivée dans la capitale est prévue ce 1er avril, soit le lendemain de la trêve hivernale. Selon François Piquemal, le porte-parole Sud-Ouest du DAL (ou droit au logement) : "À Toulouse, 32 000 personnes sont actuellement en attente d'un logement social".

 

Il tricotera des duvets pour les SDF

 

Son surnom lui vient de sa passion : le crochetage. Il a réalisé une chaussette géante de 137 mètres de longueur, sur 3 mètres de circonférence, qui est inscrite dans le Guinness Book des recors en 1996. "Je manipule des symboles", explique-t-il. " C’est toute la filière textile qui a disparu de notre belle région ! Je mets ainsi en valeur les métiers artisanaux qui disparaissent au profit de la mécanisation.". Un combat qu’il puise dans son parcours. Ancien ouvrier boulanger pendant 13 ans, Chaussette a souffert de la modernisation de cette profession.

 

Il confectionnera tout au long de son Tour de France des duvets pour les sans-abris ou sans domicile fixe. « J’invite toutes les tricoteuses ou crocheteuses en herbe à en faire autant, ou à faire parvenir de la laine au DAL ! », annonce-t-il.

 

Son combat : la précarisation

 

« Je reproche à l’ensemble des politiques leur manque d’anticipation. Nous vivons une situation dramatique. Il y a un malaise général, qui est présent autant dans les campagnes que dans les villes. Nous n’acceptons plus de nous faire voler la parole par les politiques ! Ils ne sont pas qualifiés pour parler à notre place de la précarité que nous vivons », dénonce Chaussette.

 

Pour que son message soit entendu par le plus grand nombre, il parcourra les routes de France et organisera des campements sur les ronds-points des villes. « La pauvreté dérange. J’ai pu le constater cet hiver sur le bassin d’Arcachon, où les pauvres n’ont pas le droit de se poser et sont systématiquement chassés », regrette-t-il.

 

Marcher pour relever la tête

 

Son Tour de France englobe des problématiques très larges : droit au logement, taux de chômage, accès à la formation, retraite, lutte contre le racisme, la xénophobie, mais aussi, protection de l’environnement et lutte contre la maladie. Chaussette marche peut-être seul, mais il marche pour tous.

 

Sensible au combat écologique, il apportera également son soutien aux activistes de Notre-Dame-des-Landes. « Ce projet d’aérodrome est insensé. Nous n’avons qu’un environnement et nous devons le protéger », résume-t-il. Pour le mettre en valeur, Chaussette sillonnera à vélo les voies vertes des différentes régions.

 

« Nous, les précaires, avons aussi le droit de nous exprimer. Nous sommes les grands absents de cette campagne électorale. On parle des costards de M. Fillon, des emplois fictifs, de plan de rigueur... et pendant ce temps-là, il y a des suicides dans nos campagnes ! »

 

Selon lui, la précarité n’est que le maillon d’une chaîne à problèmes. « La précarité rend malade. Pour moi, il s’agit du diabète. Pour le combattre, il faut marcher ou faire du vélo et faire attention à son alimentation. Seulement, dans la précarité, nous dépendons des associations et les fruits et légumes sont très chers ! », rappelle-t-il.

 

Chaussette ne conçoit pas son avenir dans de telles conditions. « Ma vieillesse, je la vois à ramer, à aller voir les associations caritatives tous les quinze jours, car je n’ai pas de retraite. Je ne m’y résous pas, c’est pourquoi j’ai décidé de lutter ! », confie-t-il.

 

Source :
http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/21/2540589-un-tour-de-france-pour-denoncer-le-mal-logement.html

Partager cet article

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Infos Nationales Solidarité