Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : D.A.L - Bordeaux
  • D.A.L - Bordeaux
  • : Droit Au Logement pour toutes et tous !
  • Contact

Contacter le D.A.L33 ?

Le D.A.L33 se réunit tous les lundis
19h30
Place St Michel
Ou 8 rue de La Course
à Bordeaux

dal33gironde@gmail.com
06 95 43 53 23

Et sur facebook :
klik !

Recherche

Actu du D.A.L33

REQUISITION GO !
Chassez les immeubles vides et
capturez-les au mail suivant :

requisition33@gmail.com

Infos : klik !

19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 18:19
Gentrification, urbanisme et mixité sociale

Depuis Infokiosques

Introduction au concept de gentrification

Le terme « gentrification » est un terme anglo-saxon, de « gentry », petite noblesse en anglais. Sa traduction la plus réaliste en français serait « embourgeoisement », même si celle-ci recouvre un sens galvaudé comparé au terme anglais. La gentrification est un processus urbain, par lequel le profil socio-économique des habitants d’un quartier se transforme au profit d’une couche sociale supérieure. C’est donc un processus de substitution des populations : remplacer les pauvres par les riches ou par les classes moyennes.

Conséquemment au développement sauvage du capitalisme depuis la première révolution industrielle, les villes furent de plus en plus peuplées et leurs habitants de plus en plus concentrés. Il existait cependant déjà, des segmentations géographiques, certaines zones étant frappées par la délinquance (les zones portuaires, par exemple) et d’autres occupées par les classes supérieures. Le transport étant difficile et cher, et l’appartenance se déterminant sur des critères surtout ethniques ou professionnels, riches et pauvres ont pourtant vécu côte à côte. Parfois même dans les mêmes immeubles comme en France : les riches proches du rez-de-chaussée, les pauvres sous les toits, résultat de la politique d’urbanisme haussmannienne.

Mais avec le développement technologique et industriel, les moyens de transports devenus toujours plus capables et rapides, et l’argent supplantant progressivement les autres critères de distinction et de regroupement par quartiers, la segmentation sociale des villes s’est affinée.

C’est aussi la figure du pauvre qui change entre le Moyen-Age et aujourd’hui. La figure chrétienne du mendiant, du pauvre, n’est pas sans rappeler la figure du christ à laquelle se dévouèrent les ordres mendiants et le développement du vœu de pauvreté. Or, c’est une société de plus en plus laïque et capitaliste qui laisse de moins en moins de place aux états d’âme chrétiens. Au fur et à mesure que les villes ont évolué vers un modèle plus favorable au capitalisme et à l’industrie, les représentations des pauvres dans la conscience collective ont également évolué. Vint alors la distinction entre bons et mauvais pauvres, puis peu à peu, la vision du mauvais pauvre comme unique perception. De la figure de martyr, le pauvre va peu à peu se transformer en monstre, en paria. Aussi, le développement des théories hygiénistes apparues essentiellement au cours du XIXe siècle, contribuera peu à peu à la mise au ban [1] des pauvres. Les riches pouvant alors vivre entre eux en bonne intelligence, en sécurité et dans la propreté.

Ce processus de substitution des populations est cependant très versatile. Tel endroit, hier huppé, peut laisser progressivement la place à une population plus nombreuse et plus pauvre parce que les ressources se sont taries, ou parce que les classes supérieures ont trouvé mieux ailleurs selon des critères culturels de mode. Tel autre quartier, parce qu’il dispose d’attraits naturels et que des inconvénients y ont été supprimés [2] ou que des avantages nouveaux sont apparus [3], ou parce que la classe moyenne s’est accrue et ne trouve plus de place suffisante dans les secteurs qu’elle occupait antérieurement, redevient accessible.

La gentrification se traduit aussi par une pression plus forte des nouveaux habitants sur les pouvoirs publics par le biais du vote, pour qu’ils améliorent le quartier : moins de bruit, plus de sécurité, plus d’équipements, destructions de logements massifs au profit d’un habitat de type pavillonnaire. Elle permet de garantir la solvabilité des citoyens. Le capitalisme préfère des populations qui participent au système en votant, qui consomment, participent directement ou indirectement à la chasse aux pauvres, qui travaillent et qui payent leurs impôts que des populations frappées par le chômage et la misère et qui portent en elles de fortes potentialités de trouble à l’ordre public.

La gentrification désigne donc la migration de classes aisées vers un quartier à la mode, c’est à dire regroupant un ensemble de critères chers à ces populations.

Souvent, ces migrations se traduisent par une hausse brutale des expulsions immobilières [4], par la rénovation des bâtiments et par l’accroissement des valeurs immobilières entraîné par la spéculation et la hausse des loyers. Les pauvres ne peuvent plus suivre en termes de loyer et sont contraints à chercher ailleurs, dans des zones moins chères offrant moins d’avantages et plus d’inconvénients comme le fait d’être excentrées ou mal desservies par les transports.

Le processus de développement et d’expansion urbaine dans la société capitaliste procède inexorablement par l’expulsion des pauvres vers des zones moins demandées. Ce phénomène engendre souvent des révoltes sociales, surtout s’il se produit brutalement.

Combattre la gentrification ne réduira pas pour autant le capitalisme en cendre. Détruire le capitalisme, par contre, mettra un terme au processus de gentrification urbaine.

Pourtant, l’explosion sociale, les émeutes et les insurrections qui ont éclaté à travers l’histoire ont retardé ce processus.

Reste maintenant à détruire le capitalisme pour l’anéantir définitivement sans se priver par ailleurs de l’attaquer au sein de ses villes.

Extrait du dossier "Gentrification, Urbanisme et mixité sociale", publié dans Non Fides N°III (2009).

Lire la suite :
https://www.infokiosques.net/lire.php?id_article=962

La gentrification sur Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

Partager cet article

Repost 0
Publié par Droit Au Logement - Bordeaux - dans Analyse-Doc-Vidéo